DGRSDT
Evenements

The first Nano Gun Technology Forum
Chine, 27-29 Janvier 2018
IMDENDRIM, le Nouvel agent anticancéreux

Participation d’une délégation algérienne représenté par la DGRSDT et l’ATRSS à la manifestation scientifique, intitulée First Nano Gun Technology Forum, organisée à l’occasion de la cérémonie de lancement du Centre International Guanghua de Médecine de Précision, qui s’est déroulée au centre international des conférences, Centre de santé du Fuchunshan, Tonglu, Chine, du 27 au 29 janvier 2018.

Cette manifestation scientifique a été l’occasion de présenter les progrès de la recherche sur le cancer et a surtout vu la présentation, « en grandes pompes » et en présence de hautes autorités politiques et médicales chinoises, des premiers résultats sur l’homme d’un nouvel agent anticancéreux, IMDENDRIM, développé par deux chercheurs Algériens, Dr Abdelhafid BELHADJ-TAHAR et Dr Noureddine SADEG, en collaboration avec leur partenaire chinois, Dr Yang GUANGHUA. Les trois chercheurs sont les détendeurs exclusifs d’un brevet international.

IMDENDRIM est un nanodispositif médical constitué d’un nano-système de délivrance (dendrimère de 20 Nm) chargé de sondes diffusibles Nitro-Immidazoles vectorisant du Rhénium-188 (Beta émetteur 2MeV). Il s’agit d’une combinaison de thérapie In situ et de thérapie ciblée. Une fois injecté à la tumeur, le dendrimère poly-cationique se fixe in situ et les sondes Nitro-Immidazole vectorisant le Rhénium-188 diffusent pour aller « traquer » les cellules cancéreuses « naturellement affines pour ce composé », et notamment les cellules hypoxiques « quiescentes et résistantes au traitement conventionnel ».

Le Rhénium-188 émetteur Beta de 2MeV (parcours efficace de 7mm), permet de stériliser « physiquement la cellule tumorale ». Ce traitement de nature physique, baptisé « Nano Gun », est conçu pour être efficace sur toute tumeur solide, quelle que soit sa nature et quelles que soient ses propriétés intrinsèques et extrinsèques. Dans ce sens, IMDENDRIM serait un traitement de choix en cas de cancers avancés.

Les trois chercheurs avaient déjà effectué et publié les études précliniques réglementaires sur des animaux qui avaient permis de confirmer :
- La preuve du concept,
- L’efficacité et la relation effet/dose,
- L’innocuité de ce médicament,
- La détermination du facteur de sécurité qui est supérieur à 2000 (sécurité d’emploi importante, en raison de son action in situ et ciblée).

Les premiers essais cliniques chez l’homme ont été réalisés au CHU de Zhejiang, Hangzhou, après l’avis favorable du comité d’éthique du CHU Shanghai (https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03255343). Les autres informations importantes à ce sujet peuvent être résumées comme suit :
- Première administration à l’homme réalisée le 08/11/2017.
- Homme de 50 ans, souffrant d’un cancer du côlon en stade final et en échappement thérapeutique complet ; injection unique au niveau d’une tumeur de foie.
- Résultats très encourageants ; le patient a d’ailleurs participé au forum et a animé des conférences de presse.

Pour ce qui est des perspectives, et d’après ses inventeurs, IMDENDRIM s’adresse à des tumeurs solides, notamment :
- Hépatocarcinome
- Adénocarcinome du pancréas
- Tumeurs pulmonaires
- Tumeurs cérébrales
- Tumeurs prostatiques
- Tumeurs des seins

Leurs recherches cibleront dans un premier temps seulement les tumeurs en échecs thérapeutiques ou en stade avancé.

En plus de ces aspects scientifiques forts prometteurs, il y a lieu de signaler que nos deux chercheurs jouissent d’une grande notoriété en Chine et qu’ils ont dignement représenté leur pays d’origine, l’Algérie, en mettant en avant le drapeau national dans leurs présentations.

A la clôture de la conférence, le Professeur Sahraoui Tahar, Directeur d’études au sein de la DGRSDT, a mis l’accent, lors de son intervention, sur la qualité de la coopération sino-algérienne et a évoqué les différentes possibilités de collaboration entre nos deux nations dans le domaine de la médecine de précision. Par la suite, les membres de la délégation algérienne ont conversé avec les trois inventeurs d’IMDENDRIM des possibilités de transfert technologique vers l’Algérie et il en ressortit un projet ambitieux de mise en place d’une plateforme R&D de radiopharmacie.