DGRSDT
News

1.9 million and 2.4 million-year-old artefacts and stone tool cutmarked bones from Ain Boucherit, Algeria


Dans le cadre du projet de recherche sur la plus ancienne occupation humaine en Afrique du Nord dirigé par le Professeur Mohamed Sahnouni, des chercheurs du Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques (CNRPAH) (Algérie) et du Centro Nacional de Investigación sobre la Evolución Humana (CENIEH) (Espagne), et avec la collaboration des chercheurs de Griffith University (Australie), de l’Institut de Paleoecología Humana et Evolución Social (IPHES) (Espagne), du Museo Nacional de Ciencias Naturales (MNCN) (Espagne), de l’Université de Sétif 2, de l’Université Alger 2 (Algérie) et du Museum National d’Histoire Naturelle (MNHN) (France); des fouilles archéologiques conduites à Ain Boucherit (Ain el Hanech, Guelta Zergua, Sétif), ont permis de découvrir des outils lithiques et des ossements fossiles portant des traces de boucherie, les plus anciens actuellement connus en Afrique du Nord datés de 2,4 millions d’années. Vu son impact global, cette découverte va être annoncée à la communauté scientifique internationale dans un article qui paraitre dans la prestigieuse revue américaine Science le jeudi 29 novembre 2018.

Des restes lithiques et fossiles ont été recueillis dans deux couches archéologiques distinctes à Ain Boucherit affleurant le profond ravin de l’Oued Boucherit, respectivement la couche inférieure (AB-Lw) et la couche supérieure (AB-Up). Les couches archéologiques sont datées respectivement de 2,4 millions d’années et 1,9 millions d’années, par les méthodes de la magnétostratigraphie (paléomagnétisme), de la Résonance Paramagnétique Électronique (RPE) sur quartz blanchi, et de la biochronologie des grands mammifères. Les outils taillés d’Ain Boucherit sont manufacturés en calcaire et en silex. Ils comprennent des galets taillés, des polyèdres, des nucleus, des racloirs et des éclats à bords tranchants utilisés pour le traitement de la viande animale. Le Pr. M. Sahnouni, premier auteur et directeur du projet de recherche, dit :

« Les outils lithiques d'Ain Boucherit, de technologie oldowayenne similaire à celle de Gona (Éthiopie) datées de 2,6 millions d’années, montrent que nos ancêtres se sont aventurés dans tous les coins d'Afrique, pas seulement en Afrique de l'Est. Les preuves d’Ain Boucherit ont changé la perception antérieure selon laquelle l'Afrique de l'Est était le berceau de l'humanité. En réalité, toute l’Afrique est le berceau de l’humanité ».