الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية

وزارة التعليم العالي والبحث العلمي

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

People's Democratic Republic of Algeria

Ministry of Higher Education and Scientific Research

Direction générale de la Recherche
Scientifique et du développement Technologique

Plateaux Techniques d’Analyse Physico-Chimique

1. Les Unités Régionales d’Analyse Physico-Chimique :

La Direction de Développement et des Services Scientifique et Technique (DDSST) a déterminé, au cours de l’année 2010, les wilaya pour la mise en place des Trois Unités Régionales d’Analyse Physico-chimique (PFT-APC) afin de permettre d’une part l’intensification de la Recherche/Développement dans les domaines technologiques (Spectrométrie Atomique, Fluorescence X, IRTF, Microscopie électronique, Chromatographie, etc.…) et celui des spécialités et techniques de bases qui lui sont liées, et d’autre part, de fournir un cadre et des moyens au développement vigoureux en technologie.

Les trois sites choisis se situent à Sidi-Bel-Abbès, Ouargla et Annaba. La Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique (DGRSDT) qui a défini le plan de ces Unités Régionales, a chargé le Centre de Recherche en Analyse Physico-Chimique (CRAPC) de la mission de leur mise en place. Chaque Unité Régionale a une superficie totale de 5000 m² pour les laboratoires de recherche, les ateliers de préparation et de montage, les bureaux des chercheurs et des développeurs, ainsi que les magasins de stockage, où toutes les commodités de logistique seront mises en place (énergie, télécommunications, réseaux informatique, connexion haut débit à Internet, chauffage, climatisation, et conduites pour air comprimé et différents gaz) pour l’accueil des futures utilisateurs dans des conditions de travail aux normes internationales.

La question qui se posera d’elle-même : De quels moyens disposeront ces structures ?

a. Tout d’abord nous disposons d’une importante composante humaine dans nos établissements, que nous devons redéployer en fonction des objectifs et programmes de recherche, définis dans les grandes orientations de la politique scientifique dans les domaines des technologies et des industries pour les prochaines années. Cette composante humaine bien que relativement importante demeure insuffisante pour accomplir les missions qui lui sont attribuées et nous devions multiplier le nombre de chercheurs et d’ingénieurs de niveau élevé et penser à toute la gamme de techniciens de niveaux variés pour aller vers des standards internationaux.

b. Les équipements de base (instrumentation, outillages, verrerie…), dont des consultations sont en cours pour leur définition exacte et leur acquisition. Les infrastructures sont aussi disposées à accueillir des équipements scientifiques communs (qui nécessitent un investissement lourd) pour développer d’une part des projets fédérateurs et d’autre part les initiatives de transfert de connaissances et des services vers le monde économique et social.

Connaissant les réalités industrielles et économiques du pays, la naissance de ces Unités Régionales conduit vers une manifestation qui n’intéresse pas uniquement la communauté universitaire, mais aussi les entreprises économiques et sociales, qu’elles soient publics ou privées. En effet, ces structures, de par leurs missions devront être un vecteur conducteur vers le développement durable par des pratiques de concertation, d’échange, de coopération entre différentes communautés (scientifiques et industrielles) et promouvoir des approches pluridisciplinaires.

Nous préconisons par cet investissement que des liens efficaces et fructueux seront noués entre ces Unités Régionales et les entreprises socio-économiques, et même avec des individus, dépourvus de moyens financiers et techniques, de concrétiser leurs rêves, à savoir l’aide et la promotion pour la création d’entreprises innovantes.

2. Les Plateaux Techniques d’Analyse Physico-Chimique :

La mise en place des Plateaux Techniques d’Analyse Physico-Chimique (PT-APC) régionaux, constitue une nouvelle stratégie de la DGRSDT afin de mettre à disposition des chercheurs de différentes universités, centres universitaires, écoles et centres de recherche des infrastructures de proximité. Ces PT-APC, au nombre de dix huit (18), sont répartis à travers le territoire national dans des sites universitaires qui disposent d’espace, de moyens humains et de savoir faire. Ainsi, plusieurs projets de Recherche/Développement s’appuieront sur les capacités d’analyses de ces PT-APC, impliquant tous les chercheurs des établissements universitaires.

Ces PT-APC de 1000 m² chacun, sont conçues selon les normes internationales, et équipés d’accessoires nécessaires au fonctionnement d’un laboratoire, telles que des stations de génération, de stockage et de transfert PSA (pressure swing absorption) d’azote liquide. Leurs activités s’articulent autour de :

- L’analyse thermique.
- L’analyse de structures atomique et moléculaire.
- La spectroscopie.
- La microscopie.
- L’analyse des surfaces des matières.
- L’analyse texturale et granulométrique.
- L’analyse chromatographique séparation-identification.
- La croissance cristalline.
- L’épitaxie par jets moléculaires.

(Cartographie des infrastructures d’analyse physico-chimique)

Par cette nouvelle stratégie, ces infrastructures vont renforcer les capacités nationales d’analyse physico-chimique de la communauté universitaire et du secteur socio-économique et industriel (organisme de l’état, collectivités locale, PME, PMI, Groupe Industriels…), contribuer à la recherche et développement des sciences analytiques dans différents domaines (santé, sécurité alimentaire, environnement, matériaux, produits industriels et pétroliers, ressources rares…), la mise en place de normes et des directives basés sur les résultats analytiques, l’expertise, le contrôle de qualité des produits importés et exportés, et d’établir une plateforme d’échange entre le monde industriel, les unités de recherche et les universités. Sur le plan international, cette stratégie permettra d’accroitre la visibilité et l’attractivité globales des scientifiques algériens, et de leurs capacités scientifiques et techniques à assurer la référence en matière de normes internationales pour l’entrée et la sortie de différents produits (matière première, produits manufacturés et agroalimentaires …) afin de pénétrer les marchés internationaux, et de promouvoir un label algérien de qualité.


<< Avril 2017 >>
DiLuMaMeJeVeSa
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30